Les étudiants en PT à Roosevelt intègrent l’école des Arts et Métiers ParisTech (ENSAM) à Châlons en 2012.

Les étudiants en PT à Roosevelt intègrent l’école des Arts et Métiers ParisTech (ENSAM) à Châlons en 2012.

 

Lallement Emilie : Intègre les Arts et Métiers Paris Tech en 2015

lallement_emilieAprès avoir fait un bac S SI, une prépa scientifique m’a semblé être un bon choix pour continuer mes études scientifiques en me permettant de réfléchir encore au domaine dans lequel je voulais travailler plus tard.

J’ai donc choisi la PTSI pour son point de vue assez concret sur les sciences. La PTSI-PT ainsi qu’un travail régulier m’ont fait acquérir de nombreuses connaissances en physique, mathématiques et sciences industrielles. L’équipe de professeurs très investie auprès des étudiants m’a permis de progresser et de devenir plus rigoureuse dans mon travail.

Très impliqués dans la réussite de chacun ils sont à l’écoute de tous et permettent d’évoluer dans une bonne ambiance. Travail et rires n’y sont pas incompatibles ! J’ai ainsi pu intégrer les Arts et Métiers, ce qui était mon premier vœu.

Hugo Baudier : Intègre Centrale Nantes en 2015.

Baudier_hugoBien que la filière soit plus technologique et souvent de réputation moindre que les MP ou PC, les enseignements dispensés sont semblables et passionnants. La chimie laisse juste place aux sciences industrielles incluant de la conception.

J’ai choisi cette filière pour ces deux raisons : je préfère les SI, et selon moi, la réputation n’attire pas les meilleurs élèves ce qui permet de meilleurs résultats à niveau équivalent.

Les enseignants sont évidemment très compétents mais aussi ouverts et disponibles. Leurs cours se font généralement dans une bonne ambiance, aussi détendue que possible dans la rigueur nécessaire aux différentes matières. Cette ambiance inclue un esprit concours réduit à une simple stimulation entre étudiants. De plus, cette prépa permet elle aussi d’obtenir de grandes écoles.

Quoi qu’il en soit, faites ce que vous aimez et  le travail sera bien moins contraignant et difficile.

Lucas MAIGRAT intègre Arts et Métiers ParisTech en 2014

Lucas_maigratAprès le bac j’ai fait prépa CPGE PT au lycée Roosevelt à Reims, avec en tête l’idée que je mettais ma vie entre parenthèses pendant deux ans.
Et puis les cours ont commencé, et certes, il y avait beaucoup de travail, mais l’ambiance en classe était très bonne et une fois que j’ai appris à m’organiser correctement, j’ai pu profiter davantage de mon temps libre.
J’ai fait trois ans de prepa et je suis aujourd’hui aux Arts et Métiers Paristech et si c’était à refaire, je le ferais. L’avantage de nos prépas, c’est sans doute la proximité que les élèves peuvent avoir avec les professeurs, qui nous soutiennent dans nos projets et qui installe une ambiance agréable dans les classes.
Comme beaucoup j’ai gardé un excellent contact avec eux et serai présent pour présenter les prépas à leurs côtés dans les différents forums, autant que possible.

Benjamin NOTA intègre ENSMM de Besançon en 2014

Photo NotaAprès un bac S-SI, j’ai décidé d’aller en classe préparatoire, car c’était selon moi la voie qui me permettait de garder beaucoup de portes ouvertes dans divers domaines. J’ai ensuite choisi d’aller en PT, motivé par le fait que cette filière permet d’étudier des cas concrets en petits groupes. Après 2 ans en PTSI-PT au lycée Roosevelt et grâce à l’aide d’une équipe enseignante performante, dynamique et tout le temps à l’écoute de ses élèves, je suis parvenu à intégrer l’ENSMM (Ecole Nationale Supérieure de Mécanique et de Microtechnique) de Besançon, qui était mon premier voeu.

Même si le rythme de travail est parfois bien soutenu, l’ambiance dans la classe est très sympa, et l’entente avec les profs est très bonne !

Il faut aller en PTSI-PT au lycée Roosevelt !!

Romain BONNAIRE intègre Arts et Métiers ParisTech en 2014

Romain_bonnaireJ’ai effectué ma prépa au lycée Roosevelt en classe de PT. J’y ai reçu un enseignement de qualité, dispensé par une équipe pédagogique performante et particulièrement investie. Cet accompagnement permet d’évoluer au mieux et dans une ambiance relativement détendue au vu du travail à fournir, contrairement aux idées reçues. Ce cadre idéal donne l’opportunité d’intégrer les plus grandes écoles d’ingénieur. J’ai moi-même atteint mon objectif premier : intégrer les Arts et Métiers ParisTech.

Quentin AKSOUL intègre les Mines de Nancy en 2012.

Quentin_AKSOUL-fc265Même si la première année en PTSI a été un choc au niveau du travail et des résultats, on se rend vite compte qu’il est possible de réussir tout en gardant du temps pour soi. Certes, onne fait pas toutes les sorties avec nos amis mais il est possible d’en profiter de temps en temps et de libérer une partie de son week-end pour faire des activités qu’on aime bien et pas seulement des maths et de la physique. En tout cas, malgré une charge de travail assez conséquente, je garderai de ces années un très bon souvenir et des amis qui ont toujours été là dans les moments difficiles. Eh oui, en PTSI-PT (je ne sais pas pour les autres), nous sommes soudés, on ne laisse pas tomber un camarade parce qu’il représente un « danger potentiel » au concours. Enfin, je ne peux que vous conseiller la PTSI-PT car cette prépa m’a permis d’intégrer l’école que je voulais tout en rencontrant des gens formidables. Bon courage à vous, peu importe la voie que vous prendrez.

Alexis ZERINGER intègre l’ENSAM en 2012.

Alexis_ZERINGER-b2510À la différence de la plupart de mes camarades de Roosevelt, j’ai passé ma PTSI et ma première PT à Paris puis j’ai effectué ma 5/2 à Reims. J’ai donc pu suivre différents types d’enseignements et, contrairement aux idées reçues, les professeurs ne sont pas meilleurs dans les grandes prépas parisiennes. Au contraire à Reims, j’ai pu trouver des profs plus disponibles et plus accessibles. L’ambiance dans la classe était studieuse, ce qui a permis à chacun d’exploiter au maximum ses capacités. La 5/2 m’a permis de m’améliorer, de revoir les points que je n’avais pas bien compris et ainsi me donner le maximum de chance pour le concours. Me voilà maintenant aux Arts et Métiers, école que je convoite depuis mon arrivée en PTSI ; pour ma part l’objectif est atteint. Il a juste fallu que je m’en donne les moyens : j’ai dû réduire les sorties mais cela en valait la peine surtout qu’en école d’ingénieur on le récupère au centuple !

Nicolas MICHAUD intègre les Mines de Saint Etienne en 2012.

Nicolas_MICHAUD-76ba1Après trois ans en classe préparatoire au lycée Roosevelt dans la filière PTSI/PT, j’ai intégré l’Ecole des Mines de Saint-Etienne qui est une école des Grandes Mines. Je ne regrette pas d’ avoir passé trois ans en PTSI/PT car l’ambiance de la classe a toujours été décontractée, grâce, notamment ,aux professeurs. Je garde un très bon souvenir de mes années de prépa, car, bien que la charge de travail fût importante, il a toujours été possible de conjuguer travail et détente.

Florian QUANEAUX intègre l’ENSAM en 2012.

Florian_QUANEAUX-5d1f0Bac S-SI en poche, la prépa PTSI-PT s’est imposée à moi comme la suite logique de mon parcours scolaire et elle m’a permis d’intégrer en 3/2 les Arts et métiers Paristech. Bien sûr, comme dans toutes prépas, le travail et la rigueur sont nécessaires, mais les excellents professeurs de sup et spé, ont été toujours à l’écoute des élèves. Donc n’hésite pas, fonce, ces deux (peut-être trois) années seront parfois difficiles, mais elles en valent la peine. Et finalement qu’est-ce que deux petites années dans toute une vie ?

Véïane GUILLAUMIE, étudiante en PT au lycée Roosevelt, intègre l’école des Mines de Douai en 2007.

guillaumie-126abN’aie surtout pas peur de la prépa ! Contrairement aux idées reçues, l’ambiance est super chaleureuse, le travail n’est pas si terrible à affronter (même si tu ne pourras pas te permettre de sortir tous les samedis soirs), et les profs sont tous là pour t’aider. En plus, tu intègres aisément un grand nombre d’écoles d’ingénieurs qui te feront rêver après tes deux années de théorie. Alors, qu’attends-tu pour vivre cette expérience enrichissante ?